Je ne sais pas si on pouvait faire mieux

Le troisième-ligne de Montpellier revenait à la compétition après deux mois en Nouvelle-Zélande sans jouer. Il revient sur le sentiment partagé laissé par ce match nul face au Leinster (16-16), champion d’Europe en titre. Fulgence Ouedraogo, l’histoire retiendra que vous avez marqué le premier essai du club en Coupe d’Europe.
C’est vrai mais ce n’est pas ce que je vais retenir de ce match, le premier du club en H-Cup, mais aussi mon premier avec cette équipe version 2011/12. Il y avait de nombreux coéquipiers que je ne connaissais pas. Il faut s’intégrer, créer une histoire, une dynamique de groupe et se lancer vers une nouvelle saison qui débute pour nous.

Quelle impression vous laisse ce match nul face au champion d’Europe ?
Un sentiment mitigé, entre déception et fierté. J’ai l’impression qu’on a tout donné, que personne n’a triché. Il y a la déception de ne pas avoir gagné, mais à la fin, on était en souffrance, en résistance. On l’a payé cher contre une équipe comme le Leinster. Je ne sais pas si on pouvait faire mieux.

Avez-vous ressenti une baisse physique en seconde période ?
Oui, c’était dur. Moi, ça fait deux mois que je n’avais pas joué un match. Ça allait un peu trop vite en face ! Contre une équipe aguerrie au plus haut niveau, qui fait très peu de fautes, qui joue à haute intensité pendant 80 minutes, on a payé en fin de match ce déficit physique.

Que vous a-t-il manqué ?
On a des occasions en début de deuxième période de faire un break. Mais on ne le fait pas. En fin de match, on peut aussi reprendre la balle, tenir les cinq dernières minutes. Là aussi, on ne le fait pas. Il nous manque encore l’expérience de ce très haut niveau.

Source : RMCSport.fr

Copyright © 2014 Fulgence Ouedraogo - fufu - | Site développé par Made In - En partenariat avec Montpellier Rugby - Rugby en Direct